L’humour qui dérange :

Animateur et humoriste depuis 15 ans, Yassine Belattar dit les choses sans détour mais toujours sur un ton humoristique. S’attelant aux cas de toutes les communautés et de toutes les catégories sociales par des petites attaques, il met en lumière ces petits « rien » ou ces énormités qui font rire mais aussi, qui bousculent et nous donnent à raisonner.

Je fais partie de ces personnes qui ont écouté Belattar à la radio, qui ont suivi ces différents débats sur des plateaux télévisés et la même conclusion persiste à chaque fois : quand on commence à dire les choses d’une manière assez brutale, sans prendre de pincettes, sans éviter les mots qui provoquent des maux, une spirale incroyable se crée et essaye de tout emporter sur son passage. C’est ce qu’il s’est passé pour Yassine.

« Ingérable » c’est le nom de son spectacle. Mais aussi probablement la raison de cet acharnement. Quand on est ingérable, on dit les choses sans penser aux répercussions ou aux réactions éventuelles. On dit simplement ce que l’on pense que ça plaise ou non. Et on le dit avec un affront, ce qui irrite les pseudos « bien-penseurs ». Ces personnes qui sont parfois tellement positionnées comme des leaders de l’information ou personnalités importantes qu’ils s’autorisent le pouvoir de créer au détour d’une conversation, d’un simple mot, ou d’une phrase des débat sans fonds.

Mouvement de décomplexés :

Voilà pourquoi il est parfois nécessaire de remettre les choses à leur place. Yassine Belattar est un humoriste qui fait du bien. Du bien par sa véracité, son humour et sa fraicheur. Qui ne fait pas rire sans raison et avec des sujets volants.

« Je ne suis pas Charlie car, je n’ai pas envie de choisir mes deuils. Je suis triste dès qu’il se passe quelque chose dans le monde » Yassine Belattar, « Ingérable » – 2017

Voilà ici une phrase qui, quand on réfléchit un peu et qu’on a le coeur pur, se veut  plus fédératrice, que le contraire.

Pendant tout son spectacle, l’animateur de Radio Nova, entretient une proximité tendre avec son public qui nous fait nous sentir comme une grande famille le temps d’une soirée. « Il y a des couples mixtes ce soir dans la salle ? », question à laquelle personne n’hésite à lever la main pour se vanter d’un amour hétéroclite assumé. Et c’est beau. Les blagues fusent quand les mélanges sont incroyables mais vrais. Et ça fait rire.

Il est fondamental de parler de sujets graves avec une légèreté qui ne les rend pas moins importants mais moins douloureux. Une spécialité que Yassine Belattar manie avec brio. Et tout y passe : les attentats, les cités laissées presque à l’abandon, les riches, les pauvres, la droite, la gauche, les blancs, les arabes, les noirs, les musulmans, les juifs. Et à en croire les éclats de rires dans la salle, seul baromètre valable, il n’est pas le seul à pouvoir en rire.

Alors merci Yassine de nous faire du bien, de décomplexer nos vies, mais merci aussi de protester pour des causes justes.

Ahlam HB 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *