anti trottinettesOn ne peut plus les rater, elles sont partout dans les grandes villes et les marques se multiplient comme des petits pains. Mais les trottinettes électriques ne font pas l’unanimité chez les urbains. L’uberisation de ce transport divise… Un peu comme vous êtes Booba ou Kaaris, vous êtes anti ou pro trottinettes. À la rédaction on a tenté de comprendre pourquoi tant de personnes se disent “anti trottinettes” (parce que chez nous on est plutôt pro).

Limes et compagnie, le mode de transport du bobo ?

Cela fait déjà un petit moment que la trottinette électrique fait parler d’elle. Avant même qu’elle ne soit à disposition de tous, en libre service, elle se vendait aux particuliers. Nouveau transport qui facilite les petits trajets, la cible des industriels pour ses petites machines était les urbains qui ne prenaient par les transports en commun et qui ne souhaitaient pas non plus se déplacer en voiture. Ce qui s’avère être assez courant jusqu’ici quand on connait le trafic aux heures de pointes dans les grandes villes…

Mais la trottinette électrique s’est avérée être davantage un secteur de niche qu’un produit grand public. En effet, le prix d’une trottinette au début de sa commercialisation était de 450€ (minimum). Le produit s’adressait alors davantage à la classe sociale des CSP+ (catégories socio-professionnel les plus favorisées) : cadres, dirigeants, haut-fonctionnaires, etc… Ou ceux que l’on appelle plus communément les “bobos” !

def. Bobo : Personne d’un milieu aisé, généralement urbain et cultivé, qui se veut non conformiste et attachée à des valeurs écologistes.

On ne parle évidemment pas ici du bourgeois qui roule en berline dans Paris. C’est plutôt son homologue davantage écolo. (Le riche anti-capitalisme vous voyez ?) Cette figure du nouveau riche qui prône l’anti-conformisme à outrance, apparu début des années 2000. Ce dernier n’a jamais réellement paru sérieux aux yeux des jeunes, toutes générations confondues. Leur mode de vie et les valeurs qu’ils exaltent ont tout l’air d’une grosse blague et ont souvent attiré moqueries et mépris.

C’est la fameuse image du mec en costume sur une trottinette… Le genre d’image qui crée l’hilarité et le troll. Beaucoup ne souhaitent pas être associés à cet engin roulant à cause de cette première image. Qu’ils aient raison ou non, là n’est pas la question (est-ce qu’on vous force à choisir Booba ou Kaaris ? Non ). Chacun à sa propre opinion, mais la prochaine fois que vous entendrez: “Je ne veux pas faire parti de cette secte” (ndlr. ce que j’ai déjà entendu), ou qu’on vous insulte alors que vous roulez tranquillement sur une voie vélo (ndlr. ce qui m’est également arrivé) vous comprendrez pourquoi !

Trottinettes : un transport non réglementé

Aujourd’hui la trottinette s’est très largement démocratisée dans les métropoles françaises. Limes, flash, bird ; Les trottoirs en sont pleins en centre-ville et font le bonheur de nombreux citadins pour qui les déplacements se trouvent facilités. Jeunes et moins jeunes l’utilisent (outre la fameuse team anti) pour se rendre au travail ou en cours. Pour aller d’un point A à un point B, plus besoin de suivre le trajet obligatoire du bus qui fait souvent des détours, plus de problème de retard de métro ou de tickets de transport. La trottinette électrique est individuelle, vous êtes maître de votre parcours de vos horaires et de votre vitesse (ou presque).

Néanmoins, nombreux sont ceux qui s’en plaignent sur les réseaux sociaux : garée au milieu du trottoir, à pleine vitesse sur une voie piétonne, irrespect des signalisations et du code de la route. Il semblerait que les utilisateurs des trottinettes profitent un peu de leur statut encore inexistant dans la réglementation des transports pour faire ce que bon leur semble et ça ne plait pas à tout le monde. Mais il faut dire que… sur le trottoir on vous crie dessus car ce n’est pas votre place, sur la voie vélo (quant il y en a une) on vous sonne de faire de la place et sur la route vous risquez votre vie… Pas si simple d’être pro trottinettes quand le monde entier vous en veut d’exister.

Cela ne devrait bientôt plus arriver car suite à de nombreuses plaintes et déjà plusieurs accidents, l’Etat se penche sur la réglementation des trottinettes électriques. Et les utilisateurs auront, on l’espère, une place à part entière sur les routes, car il faut l’avouer sans permis c’est bien pratique. Quand bien même le clash pro et anti ne cessera jamais, alors autant s’y habituer d’un coté comme de l’autre…

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *