La juge Rosemarie Aquilina lors du procès de Larry Nassar

 

Le Mercredi 24 janvier a eu lieu le jugement de l’ancien médecin de l’équipe américaine de gymnastique , Larry Nassar. Accusé de multiples abus sexuels sur de jeunes gymnastes, l’homme ne sortira plus de prison.

Le soulagement de plus de 100 victimes

Plus de cent cinquante victimes se sont manifestées et ont dénoncé Nassar, notamment trois championnes olympiques de 2012, McKayla Maroney, Aly Raisman et Gabby Douglas. Après deux décénies d’attente, la condamnation est tombée le mois dernier : de 40 à 175 ans de prison, s’ajoutant aussi 60 ans de réclusion pour pédopornographie.

Le déroulement du jugement fut plein d’émotion pour l’ensemble des personnes présentes. Des larmes, des aveux, des regrets. Larry Nassar s’exprime dans une lettre qu’il a remis au juge Rosemarie Aquilina où il disait craindre de ne pouvoir supporter mentalement les témoignages de ses victimes. Par la suite, nous le voyons se retourner vers ses victimes pour s’excuser de « la douleur, le traumatisme et la destruction émotionnelle » qu’il a pu leur faire subir.

C’est alors que Rosemarie Aquilina parla au nom de toutes les victimes de l’ex-medecin et de toute cette génération féministe. Elle fixa Larry Nassar et rejeta la lettre d’une manière nonchalante exprimant à travers ceci le refus d’écouter ses mots car ils ne signifiaient rien à coté de ceux des victimes.

 « Passer quatre ou cinq jours à écouter n’est rien du tout par rapport aux heures de plaisir que vous avez pris à leurs dépens »

« Je viens de signer votre arrêt de mort »

Ces phrases poignantes font alors le tour des réseaux sociaux.  Le jugement est aujourd’hui historique. Toutes les femmes réunies dans cette salle de jugement, ce mercredi 23 janvier 2018 en Amérique, se sont présentées avec la même prestance. La tête haute, le regard ferme, debout bien que blessées. C’est d’ailleurs là que se trouve la force de ce jugement rendu public. Les victimes témoignaient avec courage et honneur ce qui suscita les multiples remerciements de Rosemarie Aquilina.

Le silence règne toujours

Malheureusement, le viol a toujours été vu comme un tabou, une honte. Une très grande majorité des personnes victimes de viol ne porte pas plainte. C’est ce que nous confirme l’Observatoire National de la Délinquance et des Réponses Pénales (ONDRP) le mercredi 8 février. Le viol est une des infractions les moins rapportées à la police. Si on en croit les chiffres : une victime sur cinq porte plainte.

Le jugement de Larry Nassar fut historique par la méthode de jugement de Rosemarie Aquilina, très souvent dépassée par ses émotions et aussi par le courage incroyable qu’ont eu ces jeunes femmes de parler à voix haute. Leurs cicatrices ouvertes aux yeux de tous, elles ont parlé au nom d’elle-même, au nom de la femme, de toutes celles qui ont été victimes d’agression sexuelle. Avec dignité, elles ont su faire face à leur bourreau.

Aujourd’hui le tabou se brise petit à petit. On le voit notamment en France avec les mouvement #BalanceTonPorc qui exprime un ras-le-bol de la part de toutes ses femmes qui subissent des agressions allant du viol aux attouchements sexuels en passant par les remarques qu’elles peuvent subir au quotidien au travail, dans le métro, dans la rue etc. Grâce à toute ces femmes qui s’expriment avec beaucoup de dignité et de courage, nous voyons enfin un changement, une prise de conscience et une considération.

Quelques informations à connaître que vous soyez victimes ou témoins d’agression sexuelle :

  • Le 39 19 Violences Femmes Info : Numéro anonyme et gratuit en métropole et dans les DOM 7 jours sur 7. Le standard est ouvert du lundi au vendredi de 9 h à 22 h, les samedi, dimanche et jours fériés de 9h à 18h. (Ce n’est pas un numéro d’appel d’urgence.)
  • Le 0 800 05 95 95 : SOS Viols-Femmes-Informations. Numéro d’écoute national et anonyme et gratuit depuis un poste fixe en métropole et dans les DOM. Disponible du lundi au vendredi de 10 h à 19 h. Vous y trouverez  écoute, soutien, information, accompagnement, aide pour faire valoir vos droits en justice. Si vous le souhaitez, Viols-Femmes-Informations vous proposera une orientation adaptée vers les dispositifs locaux d’accompagnement et de prise en charge.
  • Le 114 : numéro d’urgence pour les personnes sourdes ou malentendantes victimes ou témoins d’une situation d’urgence, afin de solliciter l’intervention des services de secours

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *