Sheryl Sandberg / AFP

 

Il y a un peu moins de trois semaines, une des femmes les plus puissantes du monde était à Paris. Sheryl Sandberg, qui n’est autre que la « chief operating officer » de Facebook, était dans la capitale française pour annoncer des nouvelles visant à améliorer et rendre plus facile l’expérience des femmes entrepreneures.

Facebook s’engage auprès des femmes

En effet, en direct de Paris, la COO de Facebook et auteure du livre a succès Lean In qui encourage les femmes à prendre le pouvoir, a fait la grande annonce de création de formations aux compétences digitales pour les femmes. Un partenariat avec Social Builder, d’une part, prévoit de former 15 000 femmes aux compétences digitales en 2018. Le tout sous le nom de #SheMeanBusiness, concept existant déjà à l’étranger.

#SheMeanBusiness aide les femmes a créer leur entreprise ou à forger un management de qualité en s’aidant d’outils digitaux devenus indispensables au bon déroulement d’un projet : des fonctionnalités de Facebook pour avoir une plus grande visibilité, aux posts Instagram qui créent une communauté et un engagement. Les femmes sont accompagnées dans leur démarches, mais aussi, mises en relation les unes avec les autres afin d’en apprendre encore plus.

shemeansbusiness facebook
Page du site www.SheMeansBusiness.fb.com

 

Le sujet a été replacé au centre du débat depuis quelques années. En effet, l’égalité hommes/femmes au travail est plus que jamais un sujet sensible sur lequel tout le monde émet un avis. Effectivement, suite aux débats à ce sujet ces dernières années, les lignes ont un peu bougé. Cependant, un plafond de verre résistant et durable plane toujours au-dessus des femmes et cela de manière non discutable.

Une politique des quotas au sein des entreprises

La loi Copé-Zimmerman a fixé à 40% la part de femmes dans les conseils d’administration des entreprises du CAC 40 mais aussi dans les entreprises possédant plus de 50 millions d’euros de chiffre d’affaire ainsi que 500 salariés. Malgré cela, le fossé reste béant entre les mesures prises sur papier et la réalité.

La culture de l’entreprise, telle qu’elle est connue depuis des années et à travers le globe, a la peau dure. En effet, d’anciens codes semblent persister aux plus hauts niveaux des grandes entreprises : l’homme garde le rôle du chef et de décisionnaire tandis que la femme reste majoritairement l’assistante ou la secrétaire. Un travail de fond est nécessaire et doit être mis en place de manière durable afin d’éradiquer complètement ce sexisme ambiant.

Ce phénomène bloque les souhaits des femmes mais aussi des jeunes filles dans leur propre perception d’avenir et cela souvent de manière inconsciente. Une fille, bien qu’elle ait de meilleurs résultats scolaires dans tous les domaines au versus d’un garçon, ne va pas forcément aller dans les filières dites « genrées ». Elle s’auto-censure dans ses choix professionnels alors qu’elle en a toutes les compétences.

Un problème de fond en bonne voie

La nouvelle génération de femmes compte bien faire bouger les choses au sein de l’entreprise ou dans l’entreprenariat et cela n’est pas discutable au vu des chiffres de ces dernières années. Près de 2 femmes sur 10 envisagent de créer une entreprise. La création d’entreprise par les femmes est en progression de 10%. La femme a pris une assurance qui lui permet de fendre toujours un peu plus le plafond de verre qui la limite depuis des années.

Dans son dernier rapport, Global Entrepreneurship Monitorr (GEM) met en lumière qu’au cours des ces dernières années, 163 millions de femmes ont créé une entreprise tandis que 111 millions dirigeaient des entreprises déjà établies. Cela doit sûrement son succès à tous les réseaux mis en place ces dernières années, à l’image de #SheMeansBusiness, qui aident et favorisent l’entreprenariat féminin (les Premières, Action’elles, Girlz in Web, StartHer et bien plus encore à découvrir…).

infographie entreprenariat féminin
Les Clés de ma Boîte – Source : INSEE / ACPE / Chef d’entreprise

 

Ahlam B.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *