Collection Fenty Beauty de Rihanna

 

De nouvelles égéries à la peau foncée, des variétés de teintes de fond de teint plus larges, pouvant correspondre à plus de carnations ou encore des anti-cernes pouvant cacher les défauts du plus grand nombre. Voilà à quoi ressemble la nouvelle ère du make-up dans le monde. Le monde du maquillage essaye de se racheter une conduite en matière d’éthnicité. Mais le chemin se veut long, sinueux et avec beaucoup de faux-pas de la part de cette industrie.

Une industrie gigantesque

77 milliards d’euros en Europe, 62 milliards aux Etats-Unis ou encore 41 milliards en Chine. Voilà le poids du marché des cosmétiques dans le monde. C’est tout l’argent que ces produits achetés pour se rendre plus joli(e), se faire plaisir ou par moment pour plaire aux autres, génèrent. Ces chiffres sont gigantesques. Des analyses de marché et des études sur les différents produits, commercialisés pour toujours accroître un peu plus les ventes, sont mis en place afin de ne laisser aucun potentiel client sur la touche. Ces études doivent, certes, être faites, encore faut-il prendre en compte les résultats afin de servir la demande de la manière la plus correcte.

Les remarques qui reviennent inlassablement depuis des années et qui semblent être enfin entendues sont les mêmes : manque de diversité dans les campagnes de publicités avec pour la plupart du temps des caucasiennes et très peu de filles à la peau noire, quand seule une métisse à la peau claire se veut la représentation d’une couleur de peau large et variée, un manque cruel de variété de fond de teint pour couvrir toutes les carnations de peau. « Un modèle, généralement au teint clair ou métissé, va faire office de teinte la plus foncée disponible dans la gamme. On voit même parfois un modèle à la peau très foncée mais la réalité est bien plus diverse que ça ! » nous confie Shirley.

Un problème de visibilité

Juillet 2017 – Rayon pour “teint ethnique” qui a fait scandale sur le net / Image @PommeMalaka

Pour écrire cet article de la manière la plus objective possible, je suis directement allée à la rencontre de personnes se trouvant dans une situation compliquée dans leur rapport avec le maquillage. Elles ont la peau métissée ou noire et ne se sentent pas en phase avec les produits sur le marché ou les recommandations qui leur sont données.

En effet, d’après Shirley « Au niveau de l’achat des produits, il est (enfin) possible pour un teint foncé de trouver des produits adaptés mais le problème de la position des produits se pose. Parfois à l’écart, dans un rayon « spécial » dédié aux femmes « ethniques » ou « typées », les conseils lors de la vente ne suivent pas l’évolution en cours. Rare sont les professionnels capables d’apporter de véritables conseils. J’ai comme le sentiment que je n’ai pas le droit de savoir me maquiller seule… »

En effet, plusieurs débat ont eu lieu à ce sujet. Pourquoi toujours mettre ces produits de côté, dans un rayon spécialement dédié ? Qui et quand avons-nous décrété qu’à partir d’un certain hâle, cela devenait une différence à marquer en la mettant à l’écart? Lisa* nous confie qu’elle « le perçoit comme un manque de considération pour l’existence de la femme noire ».

 

Des lignes qui bougent

Un ras-le-bol général de ce manque de variété et de considération et cette mise à l’écart a été enfin entendue il y a quelques temps. Beaucoup de marques se sont mises au goût du jour en créant des teintes « matchant » avec beaucoup de carnations. Fenty Beauty, la marque de cosmétique lancée par Rihanna prône le make-up pour tout le monde et bat tous les records de vente en peu de temps comme nous l’explique Lisa « Rihanna et sa marque Fenty ont résonné dans l’univers du cosmétique avec un éventail de couleurs jamais vu auparavant. Une gamme qui vient appuyer l’importance de la création de produits « pour nous, par nous ». Huda Beauty lance aussi ses fond de teint qui marchent vite et bien avec beaucoup d’utilisatrices qui laissent leur ressenti sur les réseaux sociaux.

De petites marques américaines trouvent grâce aux yeux des consommatrices à la peau noire, aux détriments de grandes marques de luxe qui, d’après ces dernières, ne les représentent en rien. «En ce qui concerne mon teint, j’ai définitivement abandonné les grandes marques de cosmétiques telles que Chanel, Saint Laurent, Dior, Marc Jacobs ou même L’Oréal. Ces marques ne me représentent pas personnellement car elles ne possèdent pas ma teinte… » souligne Shirley.

Des leçons à tirer

Dans l’ère des réseaux sociaux et des protestations qui ne se font plus attendre, où chacun se voit avoir la parole libre, il est grand temps que des leçons soient tirées et que les choses bougent encore plus afin que chacun s’y retrouve. Nous avons parlé là de cosmétique, mais c’est au final une infime partie du problème. L’image de la femme noire que se font la publicité, le marketing, la mode et les cosmétiques est faussée. Cela doit être entendu par ces géants, qu’ils en prennent conscience car en ayant cette attitude, ils perdent des client(e)s précieuses et acheteuses. « Il est très important que les noir(e)s et toute autre minorité soient autant mises en avant que les blancs et cela sur le même pied d’égalité sans être rendu objet, animalité ou sexualisé » insiste Glow Beauty.

Collection de fonds de teint Huda Beauty

*Le nom a été modifié.

Ahlam B

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *