aretha franklin voix légence engagement
Aretha Franklin la légende de la soul

En 45 ans de carrière, elle aura été nommée à 44 reprises aux Grammy Awards et aura remporté au total 18 récompenses. Avec 11 prix gagnés dont 8 de façon consécutive entre 1968 et 1975, Aretha Franklin détient le record à ce jour invaincu du plus grand nombre de victoires décernées dans la catégorie Meilleure prestation vocale féminine R&B de la prestigieuse cérémonie américaine des Grammys. Si la mort récente de la chanteuse nous a fait perdre une légende de la musique, c’est également une grande figure des luttes égalitaires qui s’est éteinte le 16 Août dernier. Décryptage d’une artiste populaire à la carrière imprégnée de militantisme.

L’émergence d’une icône

Armée de son talent puis de sa notoriété, elle affichera toute sa vie durant, un soutien sans faille aux valeurs qu’il lui tenait à cœur.

Le tube Respect est sûrement le morceau qui symbolise le mieux les prises de position d’Aretha Franklin. Le titre original, écrit et composé en 1965 par Otis Redding, est centré sur l’ego masculin, la place et la reconnaissance que l’homme estime mériter au sein du couple. Quand en 1967 le morceau est repris par la jeune artiste de Détroit, elle en fait un étendard à la fois féministe et politique en transformant la chanson initialement vouée à réaffirmer l’autorité d’un homme sur son foyer, en une revendication de consideration pressante exprimée par la voix d’une femme, qui plus est noire.

La puissance de la voix d’Aretha confère un succès mondial au tube issu de son premier Album chez Atlantic Records, I Never Loved A Man The Way I Loved You, et propulse la chanteuse alors âgée de 25 ans au rang de reine incontestée de la soul.

En 2004, Respect est classée cinquième plus grande chanson de tous les temps par le magazine Rolling Stone. Après Bob Dylan, Les Rolling Stones, John Lennon et Marvin Gaye, Aretha Franklin est la première artiste féminine à figurer au classement. Un message fort qui, bien que la chanteuse s’en défende, étaye l’idée déjà populaire qu’il s’agit d’un titre résolument féministe.

En ce qui concerne le respect qu’elle réclame dans son disque, la vedette déclarait au cours d’une interview : “Nous exigeons et voulons tous le respect, homme ou femme, noir ou blanc. C’est notre droit humain fondamental”. Le titre Respect est donc avant tout son hymne à la tolérance, devenu sans y avoir été prédestiné une ode féministe et un hymne afro-américain des droits civiques dans la période trouble des années 60 au cours de laquelle les activistes luttent pour obtenir l’égalité des droits.

Un engagement héréditaire

Aretha Franklin naît en 1942 dans le Tennessee, plus précisément dans la ville de Memphis, au sud des États-Unis ségrégationnistes. Sa famille déménage par la suite à Detroit, au nord du pays.
Son père, pasteur et militant en faveur des droits civiques, est un ami du révérend Martin Luther King et participe en 1963 à l’organisation de la Marche sur Washington pour la Liberté, au terme de laquelle sera prononcé le célèbre discours “I Have a Dream”.

Marchant dans les pas de son père, Aretha grandit en s’impliquant dans la même cause. Dès ses 16 ans, elle part en tournée aux côtés de Martin Luther King et en 1968, elle est également présente à son enterrement. Elle y offre en hommage une remarquable interprétation d’un titre que le révérend aimait particulièrement : Precious Lord Take My Hand.

En 2008, le NAACP récompensait Aretha Franklin pour ses nombreuses actions et donations en lui décernant le Vanguard Award. Pour Leon W. Russell, actuel président de cette organisation de défense des droits civiques : “Personne ne peut évoquer le mouvement des droits civiques ou la musique sans offrir son respect à la reine de la soul”.

La chanteuse donnera encore de la voix en 2009, à l’occasion de l’investiture de Barack Obama, premier président afro-descendant des États-Unis. Un président qu’elle saura émouvoir aux larmes quelques années plus tard lors de l’édition 2015 des Kennedy Center Honors, en interprétant Natural Woman, un classique de son répertoire.

La nouvelle de sa mort a bouleversé et fait réagir au-delà de la communauté musicale.
Les hommages publics du pasteur Jesse Jackson et du président Trump témoignent de l’impact politique qu’a eu l’artiste de son vivant. Source d’inspiration pour de nombreux artistes, de nombreuses femmes à travers le monde et des militants, Aretha Franklin restera dans l’histoire comme une artiste investie dans les avancées de la société américaine. La voix de cette grande diva de la soul, interprète de titres intemporels tels que Think ou I Say a Little Pray For You, promet de résonner encore longtemps et ne risque pas de tomber dans l’oubli de sitôt.

Manon Ngaako

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *