Jim Fitzpatrick createur du ‘Viva Che!'(1968) dans son studio à Dublin. REUTERS/Clodagh Kilcoyne

Jim Fitzpatrick. Ce nom ne vous dit peut-être pas grand-chose à première vue et pourtant cet artiste irlandais est l’auteur de l’iconique Two Tone portrait “Viva Che!”, œuvre basée sur une photographie d’Alberto Korda qu’il a par la suite transformée et que vous avez sans aucun doute découvert plus jeune dans un manuel d’histoire.

Ce même homme vient d’à nouveau frapper fort en transformant la jeune palestinienne Ahed Tamimi en Wonder Woman.

Résultat de recherche d'images pour "a real wonder woman ahed"
Oeuvre disponible en téléchargement gratuit sur le site web de l’artiste.

Traduction: “Il y a une vraie Wonder Woman.”

Qui est-t-elle ?

Du haut de ses 17 ans, c’est LA figure de la résistance par excellence face à l’occupation israélienne dans son pays. Elle a été arrêtée en décembre dernier par l’armée israélienne, suite à la parution d’une vidéo devenue virale. On y voit Ahed et sa cousine Nour Tamimi chasser des militaires israéliens de la propriété familiale et ceci par la seule force de leurs mains. Cette altercation a eu lieu à la suite de la décision de Trump visant à reconnaitre Jérusalem comme capitale d’Israël. Son procès qui se déroule à la cour militaire israélienne d’Ofer fait parler les médias du monde entier. Actuellement à huis clos, il pourrait encore durer plusieurs mois. La jeune femme devra répondre à douze chefs d’inculpation, dont presque la moitié pour « assaut » et « violences aggravées » selon le procureur d’un tribunal militaire israélien. Elle encourt donc une peine de plusieurs années de prison.

Les associations de défenses des droits de l’Homme comme Amnesty International, demandent sa remise en liberté, accusant Israël de bafouer la convention des droits de l’enfant dont ils sont eux-même signataires. Pour le directeur de l’organisation B’Tselem (Le Centre israélien d’information sur les droits de l’homme dans les territoires occupés), l’affaire démontre qu’il n’y a plus « aucune tolérance pour la résistance palestinienne. »

Depuis son arrestation, plus d’une dizaine de membres de la famille d’Ahed ont été arrêtés par l’armée israélienne.

Pourquoi est-elle une Wonder Woman ?

Si l’on vous demande ce que représente Wonder Woman, vous répondriez sûrement à l’unanimité que c’est l’icône féministe à part entière : une femme forte, libre, inspirante, courageuse, luttant contre les inégalités entre les hommes et les femmes, un symbole de résistance. Et bien c’est exactement le message que Jim Fitzpatrick cherche à envoyer en exprimant son admiration pour la « Jeanne d’Arc palestinienne ». Son but est de sauver la vie d’Ahed qu’il considère en danger, en faisant parler d’elle et des 300 autres mineurs emprisonnés en Israël. “ « Celui qui sauve une vie sauve le monde entier. Je crains qu’ils vont la tuer. Et c’est pourquoi je fais ce que je fais. ” explique l’artiste lors d’une interview accordée à l’hebdomadaire americain Newsweek.

Résultat de recherche d'images pour "wonder woman film"Cette référence à Wonder Woman n’est pas un simple hasard. C’est également un message envoyé directement à Gal Gadot, l’actrice israélienne qui incarnait Wonder Woman au cinéma en 2017, qui avait auparavant servi l’armée israélienne et qui supporte l’occupation.

Il rajoute à cela: “il y a beaucoup de bons israéliens, nous devrions nous en souvenir. Mais ce gouvernement, la manière dont il traite les dissidents et les gens qui ne font pas partie de la même race…Cela se transforme virtuellement en un état d’apartheid ». Rappelons que tout comme l’apartheid sud-african, le conflit israélo-palestinien a débuté la même année, en 1948, mais que l’un est terminé alors que l’autre semble malheureusement toujours d’actualité.

Boutaïna.S

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *