À l’ère où l’on contrôle ce que l’on montre de nous-même sur les réseaux sociaux. Où les images qui nous submergent nous poussent à atteindre un idéal de corps et d’image. Les nouveaux modèles sont magnifiés et sujettes a une perfection illusoire, qui affecte les normes de la beauté jusqu’à en complexer certaines. Heureusement il existe encore des femmes qui restent authentiques et qui se montrent au naturel, sans souhaiter être adulée pour leur image, ni même prise pour modèle pour des raisons superficielles. 

Lyna a créée son site Vraies Meufs pour montrer le côté des femmes que l’on montre peu dans les magazines. Vraies, naturelles et ambitieuses. Les portraits de femmes fortes à l’image d’Assa Traoré ou de Hera Pradel complètent son site. Multipliant les rencontres marquantes, chacune d’entre elles ont leurs valeurs. Que ce soit leur point de vue sur l’actualité ou leurs engagements pour différents causes, les Vraies Meufs ont des messages à faire passer. 

Chez We Girls Select nous avons eu un coup de coeur pour Lyna et le concept de son site.  Nous avons donc décidé de l’interviewer pour vous. Apprenez en un peu plus sur elle ci-dessous 

C’est quoi une vraie meuf pour toi ? Qu’est-ce qui la différencie des autres filles qu’on voit tous les jours dans les magazines ?

Tout d’abord, il faut savoir que c’est une définition qui est propre à chacun et la mienne est totalement personnelle. Le site essaye de poser cette problématique, mais bien sûr les réponses apportées sont totalement subjectives. Une Vraie Meuf pour moi, c’est une fille qui ne se prend pas la tête et qui te donne envie d’en apprendre plus sur elle. Mais nous sommes toutes des vraies meufs : c’est plus un état qu’une façon d’être générale. En fait si tu préfères, la « postbad » c’est quand t’es en cours, que tu te prends en photo, que t’es dans ton meilleur mood, bien maquillée, bien coiffée, trop cool etc et la vraie meuf, c’est cette même fille qui, quand elle rentre chez elle, se démaquille, enlève son soutif, se pose devant la télé en jogging en mangeant des chips et qui vient me raconter sa vie.

Comment as-tu réussi à gérer tout toute seule avec ton site ? Cela ne t’as pas fais peur lorsque tu as commencé ?

On me pose souvent cette question, comme si c’était quelque chose de vraiment incroyable alors que pas du tout. Ca ne m’a jamais fait peur parce que je n’avais pas d’objectifs précis ou d’attentes, je voulais juste faire mon truc et voir où cela mène. Je ne me suis jamais mise de pression et dès le début du site j’avais expliqué que je n’étais pas pro, que des fois des photos sont ratées et qu’on peut y trouver des fautes d’orthographe. En ce qui concerne le projet, je me suis débrouillé. Là je vais faire une chaîne Youtube avec l’aide de deux filles super et pareil, j’apprends sur le tas, il n’y a que comme ça que je peux progresser.

C’est important pour toi de rencontrer les filles dans l’endroit qu’elles choisissent ?

Oui, parce que le lieu a beaucoup d’impact sur la conversation. Rencontrer une meuf chez elle ou dans un endroit qui lui est familier, ce n’est pas la même chose que de la ramener dans un studio par exemple. Leur laisser le lieu du choix, permet en réalité de vraiment rentrer dans leur routine et d’instaurer une certaine intimité entre nous. VraiesMeufs c’est aussi ça : rentrer dans l’intimité des jeunes femmes d’aujourd’hui et voir à quoi elles pensent vraiment.

Depuis peu tu as commencé à faire une catégorie Vrais Gars, est-ce que c’est différent de quand tu rencontres les Vraies Meufs ?

Totalement parce que ce n’est pas du tout la même problématique. Avec VraisGars, je ne cherche pas à apprendre plus sur ces mecs ni sur ce qu’ils sont, mais plutôt sur ce qu’ils pensent de nous. Vrais Gars c’est en réalité : qu’est-ce que les mecs pensent des femmes ? Du féminisme ? De la féminité ? Qui sont leurs modèles féminins ? C’est une manière de rentrer les hommes dans la conversation.

Quelle est la rencontre qui t’a le plus marqué ?

Tellement de rencontres m’ont marqués ! Chaque conversation m’a touché parce que, contrairement à ce que l’on peut croire, ce n’est pas moi qui pose des questions et la fille qui répond, c’est une véritable conversation entre nous où chacune parle. Pendant la rédaction de l’article, disons que je m’efface un peu plus que dans la réalité pour laisser place à la fille. Toutes ces conversations avec ces filles toutes différentes me font grandir et réfléchir sur moi-même. Une des conversations qui m’a le plus marqué est celle avec Assa Traoré. Mais je pourrais en dire tout autant de Fanny, une jeune femme qui s’occupe d’une association qui lutte contre les violences conjugales. Sa force et sa bonne humeur sont très contagieuses.

Tu te vois continuer encore longtemps ? Quelle est la prochaine étape ?

La prochaine étape ce serait un premier portrait vidéo sur la chaîne Youtube.  J’ai vraiment hâte de le publier. J’espère continuer longtemps mais, encore une fois, je ne me mets aucune pression : ça doit rester un passe-temps pour moi. Je continuerais tant que ça me fait kiffer. Le jour où ce ne sera plus le cas, j’arrêterais.

 

Nous vous laissons donc découvrir le site Vraiesmeuf ainsi que les articles, qui présentent plusieurs profils au travers de leurs rencontres avec Lyna qui peint avec ses mots les portraits de ces jeunes filles.

Vanessa Kolenovic